Voyage écosolidaire
Publié le 05/01/2010
 
Voyager éco-solidaire

Marie-Eve dans une ferme bio en Inde

Enquête

  • Par E. Genoud
  • 05/01/2010


« Il y a quelques jours, j’étais encore au téléphone avec eux ! » raconte avec émotion Emilie, 25 ans. Partie l’été dernier avec l’association Aïna à Madagascar, elle en a gardé un souvenir impérissable…au point de vouloir y retourner dès que possible ! Eux, ce sont les membres de sa famille d’accueil avec qui elle a partagé plus que le gîte et le couvert.

 

%%TEASER%%

L’association Aïna a effectivement mis en place depuis 2000 une formule d’hébergement solidaire à Madagascar. « Je suis partie toute seule, raconte Emilie, mais les membres d’Aïna m’ont mis en relation avec des familles d’accueil et des guides, jeunes et expérimentés. Cela m’a permis d’être en contact avec la population, de partager leur quotidien en apprenant par exemple à préparer des plats.

ILS ONT CHOISI DE VOYAGER AUTREMENT

Pour 10 euros par jour en pension complète, Emilie a choisi ce mode de voyage pour être vraiment en contact avec la population locale et voir autre chose que des paysages ou le folklore proposé par les tours opérateurs. Une partie de ce qu’elle payait appelé « contribution solidaire » a été reversée à un projet d’agrandissement d’une école locale. « J’ai pu me rendre dans le village et voir l’école. J’ai eu la chance d’assister à un rituel de « retournement des morts » (rituel de célébration des morts) grâce au père de ma famille d’accueil qui a permis que j’y assiste alors que c’est normalement un rituel exclusivement familial ! ». Désireux de découvrir un pays à travers sa population locale ou de réduire l’impact sur l’environnement du tourisme de masse, certains voyageurs, encore très minoritaires,

choisissent de « voyager autrement ». Ces types de voyages prennent diverses appellations selon la dominante qui est le plus mise en valeur : sociale ou écologique. Le site communautaire Echoway, qui répertorie de nombreuses adresses proposant un tourisme « éco-solidaire » définit ainsi ces types de voyages : « Le tourisme durable, qui n'est pas une forme de tourisme mais un concept présentant des valeurs à intégrer dans un développement touristique, propose de trouver un équilibre entre les piliers économiques, environnementaux et sociaux. De nombreuses formes de tourisme peuvent donc répondre à ce concept. Parmi celles-ci existent le tourisme communautaire, le tourisme de nature, l'écotourisme, le tourisme d'aventure, l'agrotourisme, le tourisme vert, le tourisme solidaire. Une multitude de termes a donc fleuri pour s'opposer au tourisme de masse et répondre à une nouvelle demande. »


TOURISME SOLIDAIRE, UN CONCEPT MARKETING ?

Depuis quelques années, les notions de tourisme responsable, équitable, d’éco-tourisme jusqu’alors investi par quelques agences de tourisme « éco-solidaire » fleurissent sur le marché du voyage. Plus un salon, une collection de guides qui fasse l’impasse sur ces « nouvelles » formes de tourisme : Lonely Planet a intégré un éco-index à ses guides 2008, le Petit Futé sort son « Guide de l’écotourisme », le MAP - salon mondial du tourisme, le Monde à Paris – a proposé une conférence sur le tourisme responsable samedi, jour de plus grande affluence. Un salon Voyager Autrement a même été mis en place par l’ABM – l’association Aventure du Bout du Monde, organisatrice de la bourse de voyage Paris Jeunes Aventures -. Textes et labels ont également vu le jour ces dernières années pour tenter de qualifier les contours de ces « nouveaux » tourismes qui existent en réalité, pour les pionniers, depuis les années 70 : la France a adopté en 2000 une charte « Tourisme et Ethique » basée sur celle de l’OMT (Organisme mondial du tourisme) et deux labels environnementaux pour les

Guides pour voyager éco-solidaire

constructions hôtelières existent également : la certification ISO 14001 et HOTELcert®. Cependant derrière cette façade médiatique importante qu’en est-il réellement ? L’analyse de la récente étude sur les nouvelles attentes de voyageurs du CETO (association de Tour-Opérateur représentant environ 80 % du marché des « voyages à forfait ») est sans équivoque : «Très valorisés dans le discours, les comportements relevant du tourisme responsable ne se traduisent encore que de façon très minoritaire. « Choisir un voyage « responsable » oui, bien sûr c’est important, mais à condition qu’il corresponde


 

Autres articles de voyage

  • Article rédigé le 10/05/2010Les formats de fichiers

    Ce paramètre peu connu de nos appareils photos numériques permet en gros de choisir entre qualité et... quantité !  Ateliers photos : des notions photographiques expliquées et des conseils pour vous aider...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 05/09/2013Les célèbres hôtels vus au cinéma

    Vous avez toujours rêvé de marcher sur les traces de Georges Clooney et de son équipe de braqueurs ? De boire un cocktail dans le casino de James Bond ? Ou de séjourner dans le célèbre Beverly Wilshire ...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 16/10/2013Visiter Marrakech

    Marrakech, surnommée « Perle du Sud »,  a donné son nom au Maroc. Elle est l’une des villes les plus touristique du pays, et ce n’est pas pour rien. Située aux portes de l’Atlas, elle ...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 29/12/2015PILGO la plate-forme de réservation d'hôtels responsable

    Avec PILGO, fini les intermédiaires ! PILGO est la 1ère plate-forme web 100% Made in France à mettre en oeuvre la suppression de la parité tarifaire de la loi Macron et qui permet de garantir vos réserva...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 24/02/2009Voyages de femmes
    - 2ème partie

    «Sous un costume correct de jeune fille européenne, je n’aurais jamais rien vu, le monde eût été fermé pour moi, car la vie extérieure semble avoir été faite pour l’homme et non pour la fem...

    » Lire la suite

Comparez les prix des vols

Agenda Voyage

Artiste voyageur

Philippe Bichon

Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires,...

» Lire la suite

Livre du mois

Salaam Palestine

Fin 2009, Véronique Massenot (romancière), Bruno Pilorget (dessinateur) et Marc Abel (photographe...

» Lire la suite