Interview du carnettiste Simon
Publié le 01/06/2000
 
Au corps de l'inde, de Simon

Au corps de l'Inde, de Simon

  • Par
  • juin 2000

Simon est peintre et écrivain. Il est parti en Inde six mois et en a ramené croquis et notes qui servirent notamment la réalisation et la publication d'un livre : Au Corps de l'Inde (Ed. La Boussole).

 

Qu'est-ce qui vous a attiré dans ce pays ? Pourquoi vous êtes vous décidé pour cette destination ?

Je voyage pour me multiplier. Quelle destination, plus que l'Inde aux bras multiples, aux Dieux innombrables, l'Inde au génie pluriel, sadhous et ordinateurs, pouvait davantage favoriser cette multiplication de l'identité ? Je voyage pour devenir foule, pour devenir mangue, pour devenir vache, pour devenir paysage, pour devenir soleil, pour devenir pluie, pour devenir mouvement, pour devenir. Je deviens en dessinant, en écrivant, en écoutant battre le cœur du monde. Là-bas, je suis devenu. Je n'ai pas décidé d'aller en Inde : l'Inde a décidé pour moi. Il fallait que je me sauve. Je voulais d'un voyage violent, renversant, dévastateur du superflu - j'ai été servi. L'Inde décape des passions inutiles, de l'esprit de pesanteur, et rend allergique, pour la vie, à toute fadeur. Elle décuple les facultés de détachement, la puissance sensuelle et spirituelle. En Inde, cœur, sens et esprit ne sont jamais au chômage.

 

Quels souvenirs et quelles impressions gardez-vous de l'Inde ?

Un voyage est un comprimé de temps qui se dilate comme un gaz, tout le reste de la vie. L'Inde, je le sais, irriguera ma mémoire comme un fleuve aux ramifications multiples. Le voyage est une volupté (même dans le pire) du pur présent, mais c'est aussi une fabrique durable de souvenirs. Le carnet de voyage en est l'un des chantiers. Juste une petite histoire : un jour en Inde du Sud, un livre (en français) m'échappa du bus, et tomba sur la route : quelques secondes plus tard, une chèvre indienne dégustait à petits coups de dents ce livre en langue étrangère. Ainsi va l'inde : absorbant avidement tout ce qu'on lui donne, elle métabolise - physiquement et religieusement - toute nourriture, pour la rendre à profusion, mais à sa façon. L'Inde est un ventre qui vous avale à la sortie de l'aéroport et vous déglutit, transformé dans l'avion ; elle vous a imprégné, à vie, de ses sucs. Cette chèvre avide de littérature, c'est aussi le lecteur dont on rêve.

 

Si vous deviez résumer en quelques mots votre rencontre avec la culture et la population indienne, que diriez-vous ?

J'attends de tout voyage une transformation intérieure. L'Inde fait ça très bien. Je partis en Inde pour découvrir l'autre visage de l'humanité, et je découvris, chemin faisant, mon Orient intérieur. Vaste programme, promesse tenue : je revins bouleversé, amaigri et pourtant nourri pour le reste de ma vie. Je suis du genre voyageur-éponge : j'absorbe tout ce qu'on me donne, sans juger la qualité du don (à une exception près : je filtrais l'eau…), pour entrer dans ce que Segalen appelait le " grand fleuve diversité ". L'inde a mélangé mes eaux rationnelles d'occidental aux eaux fusionnelles de l'Orient. Ravages dans un ego encombrant : don de l'Inde. Passion retrouvée de la couleur pour le peintre : don de l'Inde. Faculté accrue de détachement : don de l'Inde. Regain d'émerveillement envers le quotidien : don de l'Inde. Retour de la prière : don de l'Inde. Refus de vivre hâtivement : don de l'Inde. Refus de produire pour produire : don de l'Inde. Consentement à mes contradictions intimes : don de l'Inde. Envie d'y retourner : don de l'Inde. Goût du Curry : don de l'Inde. Et la publication d'un livre, après quinze ans de silence : don de l'Inde.

 

Comment avez-vous procédé pour la réalisation de vos dessins ? Vous dessiniez sur le vif ou d'après souvenir ?

Je ne conçois pas de voyager sans dessiner. L'art du carnet de voyage implique légèreté et transparence. D'où l'équipement de croquis le plus strict : un crayon, deux flacons d'encre, une plume, un pinceau, des carnets Sennelier. Jamais, je n'ai dessiné autant qu'en Inde : à qui aime voir, l'Inde, fabuleux gisement de formes, humaines, animales, végétales, architecturales, est jouissance. Cinq à six heures de dessin par jour. Je procédais en deux temps : crayon sur le vif. Toujours. Voyager lentement, dessiner leste. Mais le crayon n'est pour moi qu'un brouillon. Gris, tiède et mou. Mon vrai pays, c'est l'encre. Une fois dénichée une table, je revenais,, je revenais sur mes ébauches, à la plume et au pinceau. Encre de Chine coupée de sépia et de café pour en réchauffer les noirs - température oblige. Un trait à l'encre, c'est fin, c'est vrai, c'est noir, c'est sans remède. Impossible de tricher. J'aime cette vie intense du noir. On m'a demandé pourquoi je n'ai pas fait appel à la couleur en Inde : a) parce que les livres de photos sur l'Inde sont inégalables. 2) parce que j'aime la sobriété. 3) parce que le texte est en couleur.

 

Et pour les textes ?

Je n'envisage pas de voyager sans écrire. Le récit de voyage fut écrit deux ans après le voyage, à partir de lettres rédigées sur place et de notes de terrain. Il s'agit - toujours - de trouver le juste équilibre entre le chaud et le froid, le vif de l'expérience et le recul du temps, l'anecdotique et l'essentiel. Une fois avoir trouvé le ton du livre, l'écriture a coulé d'évidence : six mois de travail pour six mois de voyage. En tant que voyageur écrivain et peintre, c'est à la composition écriture/image que j'ai attaché tous mes soins. Grâce à la liberté de manœuvre accordée par mon éditeur, j'ai pu réaliser le livre au plus près de mes désirs : un dialogue constructif entre les mots et les dessins, le dynamique et le statique, le narratif et le visuel. A l'Inde qui s'offre plurielle, j'ai souhaité rendre un hommage pluriel.

 

Quels conseils donneriez-vous à un jeune illustrateur ou écrivain qui réaliserait son premier carnet de voyage ?

Conseils à un dessinateur : flâne et dessine. Dessine sans relâche. Quand tu voyages et quand tu ne voyages pas. Dessine même quand tu ne dessines pas. Dessiner n'est pas seulement la plus grande des éducations de l'œil, c'est aussi un acte matériel et une méditation spirituelle. . Mieux tu regarderas le monde, mieux le monde se dévoilera à toi. Et amuse-toi. Conseils à un écrivain : marche et écris. Ecris sans relâche. Etudie les écrivains voyageurs et les écrivains non voyageurs. Ecris même quand tu n'écris pas. Voyager en littérature, c'est voyager deux fois. Quand on vit, et quand l'écriture revisite, ou transfigure, le voyage. Conseils : vous qui écrivez, apprenez à dessiner, vous qui croquez, apprenez à écrire. Le voyage manque singulièrement de ces poètes-peintres qui faisaient le génie de la Chine ; le voyage aujourd'hui attend impatiemment des artistes pluriels, qui fassent sauter les frontières entres les genres, dessin, poésie, photographie, peinture, collage, prose… Le carnet de voyage est le lieu idéal d'un pareil métissage. En avant.

 

 

Autres articles de voyage

  • Article rédigé le 05/11/2013Vos émissions voyage du 04/11 au 17/11

    La rédaction d'Uniterre vous présente les émissions voyage pour ces deux prochaines semaines, du 5 au 17 novembre 2013. On retrouve dans ce programme TV quelques régions de France mises à l'honneur, mais a...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 11/06/2013Les plus beaux paysages de films - Part II -

    Dans cette deuxième partie Uniterre zoom sur les paysages que l’on a vu dans des films et qui nous ont fait rêvé aux quatre coins du monde. Le décor d’un film fait aussi son charme, surtout qua...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 08/10/2012Philippe Bichon

    Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires, son journal de route se remplit de croquis et aquarelles réalisés sur le vif, comme le récit, et non retou...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 06/02/2014Vidéo Carnet de voyage en Guadeloupe

    Dominique Gioan vous enmène en Guadeloupe au travers un très beau carnet de voyage, très coloré. Cette vidéo a été réalisée en 2010.

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 24/02/2009Voyages de femmes
    - 2ème partie

    «Sous un costume correct de jeune fille européenne, je n’aurais jamais rien vu, le monde eût été fermé pour moi, car la vie extérieure semble avoir été faite pour l’homme et non pour la fem...

    » Lire la suite

Comparez les prix des vols

Agenda Voyage

Artiste voyageur

Philippe Bichon

Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires,...

» Lire la suite

Livre du mois

Salaam Palestine

Fin 2009, Véronique Massenot (romancière), Bruno Pilorget (dessinateur) et Marc Abel (photographe...

» Lire la suite