Interview de la carnettiste Anne Steinlein
Publié le 10/04/2003
 
Burkina Fasso, de Anne Steinlein

Burkina Fasso, d'Anne Steinlein

  • Par
  • 2003

Anne Steinlein est une illustratrice amoureuse des animaux et des voyages. Elle aime partir dans des destinations lointaines à la conquête d'instants précieux qu'elle fixe sur des carnets où se mèlent croquis, photomontages et collages. De ses quelques très beaux carnets, elle a voulu vous présenter un carnet particulièrement riche en rencontres... En route pour entrer dans son univers baroque et ludique sur les traces de son long périple burkinabé.

 

 

 

Comment procèdes-tu lorsque tu réalises un carnet de voyage ? Tu dessines sur le vif ou d'après souvenir ?

Par définition, un carnet de voyage suit son chemin en même temps que vous…

Faire tout sur place, c'est le meilleur ! J'ai le souvenir d'avoir été presque en transe, transportée par le son des percussions, les vibrations d'une ambiance. Le fait de dessiner permet d'être en communion avec ce que je regarde. Il se passe quelque chose de magique, une alchimie entre ce qu'il y a devant moi et mon pinceau. J'ai l'impression de comprendre, nous formons un tout indissociable. Je suis là !

Je peux aussi reprendre, colorer, écrire, coller, ajuster un peu plus tard. Le souvenir est comme un tremplin mais j'essaie de ne rien garder figé. Je peux faire intervenir un ami sur le dessin par exemple. Parfois, l'événement se crée de lui-même : un moustique vient se coller entre les pages, un café se renverse et crée une forme incongrue…

Quand le contexte ne me permet pas de dessiner, j'emmagasine mes souvenirs et au retour, je fais le voyage une seconde fois entourée de cahier de notes, petits croquis d'intention, photos, idées, graines, plumes, sable…
Avec la musique du pays et surtout les sons que j'ai enregistrés sur place, je reprends mon carnet, ressourcée par mon voyage.

 

Quelle place tiennent les collages et photomontages ? Quelle dimension souhaites-tu donner à tes carnets en ajoutant aux dessins des tas d'éléments hétéroclites ?

En voyage, tous les sens s'éveillent un peu plus devant l'inconnu… J'aimerais tout rapporter : la terre, les couleurs, les odeurs, les bruits, le vent…

Avec les collages, les souvenirs sont marqués d'éléments bien réels, tactiles, parfois encore empreint de l'odeur du soleil… Un ticket tamponné a quelque chose de si concret qu'en le regardant je suis moi-même étonnée d'avoir été là, à ce moment précis, dans ce lieu précis.

Les éléments parlent d'eux même et les souvenirs s'en dégagent naturellement… Une graine que l'on colle peut être beaucoup plus parlante qu'un dessin ! Malheureusement - ou heureusement - on ne peut pas tout faire rentrer dans un carnet de voyage, d'où l'utilité de repartir…d'aller sur le terrain.

 

Quelle type de relation entretiens-tu avec les gens que tu rencontres et que tu dessines en voyage ? Est-ce que le dessin te permet de créer un contact ou une relation particulière avec les habitants des régions que tu visites ?

Les relations avec les gens sont très positives. Ca intrigue, ça amuse, ça suscite la curiosité. Ils voient que manifestement on s'intéresse à eux, à leur pays, leurs coutumes, leur entourage et cela leur plait. L'échange se fait spontanément. Ils me donnent des informations, me racontent des histoires, ou veulent tout simplement regarder.

On échange deux ou trois mots et le contact est établi. Une fois, pendant un baptême en Afrique, j'ai déclenché un fou rire quand ils ont vu mes pages de " poulets qui vont se faire zigouiller " !

En Inde, Lala, un artiste peintre, m'a appris à faire des miniatures radjastani. Tous les matins je passais à son atelier. Sa femme m'a fait henné sur les mains. On rentre dans un climat de confiance, d'échange.

 

Qu'est-ce qui te paraît important de transcrire dans un carnet de voyage ?

Dans un carnet, il me paraît important de traduire ses premières impressions. Celles qu'un œil vierge peut avoir au tout début. Ensuite, la vision se transforme, l'œil change.

A travers ses pages, on doit retrouver l'émotion qu'on a eue sur place, trouver le ton du voyage. Sinon, j'aime y trouver des choses à apprendre (une coutume, un pas de danse, une recette, un proverbe…)

J'aime qu'il soit truffé d'anecdotes, de portraits, de paysages, qu'il y ait matière à s'évader. Je laisse aussi beaucoup de place à l'imaginaire.

 

Lorsqu'on part en voyage avec l'intention de faire un carnet de route, est-ce que la manière de voyager et d'aborder l'idée du voyage en général en est affectée ? Ou, est-ce qu'on contraire tu pars comme une voyageuse entre guillemets "normale" ?

Je pars comme une voyageuse " normale " à ceci près que dans mon sac, la peinture et le carnet passent largement avant le sèche cheveux et la crème hydratante !

Quand je pars, je n'ai aucune idée de ce que je vais trouver sur place. L'idée du carnet est là mais j'en fait un peu abstraction. Je vis mon voyage, je plonge dedans et profite de tout. Alors l'envie de dessiner vient naturellement, au détour d'un chemin. Il ne faut surtout pas se forcer.

 

Si tu devais donner quelques conseils et "bonnes recettes" aux créateurs de carnet, quels seraient-ils ?

Je dirais : être attentif à tout et à chacun, aimer être surpris - même au pas de sa porte -, se faire discret, échanger, garder les yeux ouverts et s'intéresser à l'autre façon de vivre, à la différence, à ce qui justement " n'est pas comme chez nous ".

 

Tu donnes à tes carnets une dimension parfois assez ironique ? Pourquoi ?

Je n'aime pas trop me prendre au sérieux. On peut raconter quelque chose d'intéressant avec humour. Au contraire, je pense que cela suscite l'intérêt. Cela s'adresse à tout le monde, aux petits comme aux grands. J'aime faire travailler l'imagination, pas seulement dire " c'est ça ".

Par exemple les lycaons (en latin : " Lycaon Pictus " ou chiens peints) ont un pelage taché de couleur. Il n'est pas difficile d'imaginer qu'ils se peignent eux même tous les matins avant d'aller chasser dans la savane.

On peut aussi évoquer des sujets graves avec ironie, l'important c'est d'éviter la passivité, de susciter une réaction.

 

Voir la page dédiée à Anne Steinlein et des séries de ses dessins issus de ses carnets de voyage.

 

 

Autres articles de voyage

  • Article rédigé le 11/06/2013Les plus beaux paysages de films - Part II -

    Dans cette deuxième partie Uniterre zoom sur les paysages que l’on a vu dans des films et qui nous ont fait rêvé aux quatre coins du monde. Le décor d’un film fait aussi son charme, surtout qua...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 19/11/2009Delphine Priollaud-Stoclet

    Delphine organise des stages de carnets de voyage dans le monde entier depuis 8 ans. Elle rentre à peine de la Havane qu'elle s'envole pour la Crète puis pour l'Ecosse où le stage (complet) se déroulera à ...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 25/10/2009La macro

    Un réglage trop peu utilisé et qui permet pourtant de réaliser des images très originales en jouant du net et du flou.Découvrez notre nouvelle rubrique Ateliers photos : des notions photographiques expliqu...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 04/01/2007Conseils pour écrire un carnet ou un blog de voyage

    Il y a aujourd’hui 6000 carnets de voyages en ligne sur le site. Ils retracent des centaines de voyages, d’expériences uniques, de projets d’une vie, d’aventures ou de ballades sereines...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 22/07/2013Le programme TV Voyages de la semaine du 22 -28/07

    La rédaction d'Uniterre réalise pour vous chaque semaine " Le programme TV Voyages de la semaine ". Tous les lundis vous pourrez retrouver les meilleurs programmes qui traitent de voyages à travers le monde ...

    » Lire la suite

Comparez les prix des vols

Agenda Voyage

Artiste voyageur

Philippe Bichon

Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires,...

» Lire la suite

Livre du mois

Salaam Palestine

Fin 2009, Véronique Massenot (romancière), Bruno Pilorget (dessinateur) et Marc Abel (photographe...

» Lire la suite