Petite apologie du Carnet de Voyage - 2
Publié le 01/05/2006
 
Apologie du Carnet de Voyage de Simon

 

  • Par Simon

Le mot « souk » regorge de tissus criards, d'odeurs animales et de pacotilles. Peut-être la métaphore la plus juste du carnet de voyage. Les esprits chagrins vous diront que c'est un fourre-tout. Va pour le fourre-tout et merci pour l'éloge : depuis Delacroix (quand même le premier carnettiste attitré et qui l'a, d'un coup d'essai, porté à son apogée), le carnet de voyage a les séductions hétéroclites d'un bazar : on ne sait jamais ce qu'il recèle de merveilles et de camelotes, les deux souvent confondues dans le même objet. Le tropisme du carnet, depuis Delacroix, est oriental ; rien d'étonnant que la plupart des carnets publiés regardent vers l'Est, du Maroc au Japon. La lampe à huile d'Aladin illumine en douce les nuits blanches des voyageurs, salement éclairées au néon de petits hôtels aussi romanesques que vénéneux. Le carnettiste attrape au vol des oiseaux de passage : ses émotions. Qu'il fixe aussitôt sur la page. Sans hiérarchie ni exclusion. Nul besoin du Taj Mahal pour faire une bonne feuille : le soyeux trempé d'un sari qui sort de la boue du Gange, à côté d'une pelure de chien, suffit. Ou bien une rue de banlieue. L'attention portée à des riens, le goût de l'égarement à Nicolas Bouvier ne désavouerait pas, je crois, cette tribu globe-croqueuse -, l'éphémère considéré comme une fête, l'art très contemporain de la récup, et puis tout simplement l'amour des autres, tels sont les bons courants d'air que le carnet de voyage émet.

 

Une page de carnet se distingue d'une oeuvre classique par sa désinvolture formelle (voyez ces croquis jetés, bâclés, comme arrachés au réel insolent de labilité), son relatif mépris du fignolé, (les mauvais carnets –: il s'en publie de plus en plus - sont presque toujours archi-léchés) que d'inachevés, de bribes, même chez Delacroix justement, qu'on ne peut soupçonner de ne pas savoir « finir », par l'indifférence à la noblesse du sujet, mais surtout par la multiplicité de ses images : dans les carnets du Maroc, sur une même feuille, vous en avez pour vos mirettes : un paysage, un cavalier en burnous, une porte de médina, un autochtone en costume, le portrait du même, et j'oublie quelques babioles, babouches ou dague en prime, le tout relevé du poivre de quelques phrases. Peter Beard a poussé, dans ses carnets d'Afrique, ce principe de prolifération à l'extrême, en juxtaposant des dizaines (centaines parfois) de clichés, souvent des planches contact, autour d'une photo principale, pullulation quasi microbienne des choses vues, des impacts du monde sur la rétine ; c'est aujourd'hui Anne Steinlein qui assume avec le plus de brio cet héritage foisonnant. Sténographie éclair des curiosités successives de l'artiste ou quincaillerie des apparences, qu'importe ! Le genre en est encore, même descendant d'une longue lignée d'artistes pérégrins, aux balbutiements de l'enfance. Le carnet de voyage est moderne parce qu'il témoigne d'une conscience aiguë de la fugacité des choses et de l'invraisemblable variété du monde. Il fait son pain de ces discordes & dissonances ­ quoi de plus dissonant que les silences du Nil et les cacophonies du Caire ? Précieuse fragilité des instants, tremblement de la main avide de capter une harmonie prompte à se dissiper. Il se nourrit de la précarité du réel, et l'aspect flottant des croquis, des collages, des notes, comme suspendus dans l'air libre de la page, et que rien ne relie sinon leur présence dans un même espace, l'apparentent aux philosophies orientales, pour lesquelles contrastes et changements forment l'étoffe même du monde. Le carnetiste de voyage a les semelles taoïstes ­ c'est-à-dire légères - des travellers chèques dans la poche et du métier dans les mains.

 

Quel mot pourrait englober la multiplicité de ces surprises ? C'est poésie. Poésie. La poésie aujourd'hui, c'est le carnet de voyage. Au sens où l'entendait André du Bouchet : « La poésie n'est qu'un étonnement, et les moyens de cet étonnement. » Regardez ces jeunes gens de tous âges ­ certains, comme Charles Kérivel, Yvon Le Corre, Michel Montigné, ont soufflé plus de soixante bougies - : persuadés, à l'encontre des cyniques et des blasés, que le monde n'est pas usé, qu'il se crée même à chaque instant ­ mieux : que chaque regard ingénu participe de la création du monde ­ ils ne se contentent pas d'aller se dégourdir les jambes et les mirettes aux quatre coins du globe : ils prétendent même ­ ô innocence ! ­ restituer la fraîcheur de leurs découvertes, l'humidité de leurs émois, le piquant de leurs rencontres dans le millefeuille armoriée de leurs carnets.

 

Art métisse, (il est friand des différences, climatiques et culturelles) art pluriel (mélange les genres sans complexe, littérature, aquarelle, courriel, informatique et matériaux bruts), art de l'instant ­ capter l'immuable dans le fugitif, comme un haiku ­ et de l'improvisation ­ le carnet se crée le plus souvent au fil des jours ­ free jazz du voyage, alternant les tempos (car ces apôtres de la lenteur voyageuse s'y connaissent aussi en urgence : un croquis minute n'attend pas, et, comme disait Georges Perros, « Il faut écrire pendant que c'est chaud.»), les focales (du paysage grand angle au gros plan sur un insecte rutilant) et les angles, le carnet de voyage, qui signale (bonne nouvelle) le renouveau du plein air dans l'art contemporain et restaure le corps voyageur comme vecteur d'exploration de l'ailleurs, est un objet protéiforme en pleine expansion. Il rajeunit cette vieille vérité poétique : ouvrez l'oeil, vous verrez comme le monde est inattendu.

 

 

Autres articles de voyage

  • Article rédigé le 20/08/2013Roosevelt Island, un endroit hors du temps !

    Celle que l’on appelle Big Apple est la ville la plus photographiée au monde. En allant à New York vous ne pourrez pas passer à côté des sites phares de la ville: Times Square, Empire State Build...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 19/08/2013Les incontournables de la Californie

    Il y a tant de choses à découvrir en Californie. Nulle part ailleurs vous ne trouverez autant d’attractions touristiques et de choses à voir. Vous voulez vivre le rêve californien pleinement ne loupez...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 29/05/2013Les plus beaux paysages de films - Part I -

    Uniterre zoom sur ces paysages que l’on a vu dans des films et qui nous ont fait rêvé aux quatre coins du monde. Le décor d’un film fait aussi son charme, surtout quand il s’agit de grands...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 23/02/2009Voyage de femmes

    «Sous un costume correct de jeune fille européenne, je n’aurais jamais rien vu, le monde eût été fermé pour moi, car la vie extérieure semble avoir été faite pour l’homme et non pour la fem...

    » Lire la suite
  • Article rédigé le 14/08/2013Destination Afrique du Sud

    Des baleines du Cap à la Route des vins et des jardins, du Cap de Bonne Espérance aux lions et aux éléphants du Parc Kruger, un périple en Afrique du sud offre des sensations et des émotions fortes.

    » Lire la suite

Comparez les prix des vols

Agenda Voyage

Artiste voyageur

Philippe Bichon

Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires,...

» Lire la suite

Livre du mois

Salaam Palestine

Fin 2009, Véronique Massenot (romancière), Bruno Pilorget (dessinateur) et Marc Abel (photographe...

» Lire la suite