Carnets de voyage d'Isabelle Zyskind

Nouveau : découvrez mon blog : www.isabellezyskind.canalblog.com


MON CARNET DE CAMARGUE

Réalisé à la suite d’un week-end de quatre jours à côté d’Arles, j’ai découvert une région très riche qui m’a beaucoup inspirée. La nature, les chevaux, les taureaux et les arènes sont vraiment photogéniques et « croquisgéniques » !
C’est un petit carnet à spirales (format 16cm x 23cm) d’une quinzaine de pages. Sur la couverture couleur papier kraft, j’ai simplement dessiné des flamants roses à l’acrylique et ajouté un titre imprimé sur papier calque et maintenu par 2 attaches parisiennes roses.

 

 

 

MON CARNET DU SENEGAL

Ce n’est pas tout à fait mon carnet puisque je l’ai fait pour une amie. C’est elle qui a fait le voyage et pris les photos ! Mais ce sont mes illustrations et mise en page !
J’ai donc réalisé ce carnet grâce à ses commentaires bien sûr et aussi en me documentant sur le Sénégal avec un guide, un beau livre et aussi avec internet. J’ai voulu que ce soit un vrai carnet de voyage personnalisé, j’ai juste retouché certaines photos. Avec tout cela, l’inspiration est venue tout naturellement et j’ai pris un très grand plaisir à réaliser ce carnet.
Pour la couverture, j’ai évidé un carré afin de voir l’image de la première page en dessous puis j’ai peint à l’acrylique et aussi avec un peu de « modeling paste » passée au couteau : c’est une peinture blanche très épaisse qui durcit en séchant et qui m’a permis de faire un aspect « mur ancien » qui me convenait bien pour ce carnet. Je n’avais plus qu’à nouer des bouts de tissu africain et du raphia dans les spirales pour un effet encore plus ethnique.

 

 

 

MES INSPIRATIONS ET MA TECHNIQUE

• J’ai toujours aimé dessiner depuis mon enfance sans jamais toutefois prendre de cours (à tort sûrement !). L’aquarelle est venue bien plus tard, toujours d’une manière autodidacte, avec des livres comme support ou comme source d’inspiration mais aussi des visites dans des galeries et des expositions.
Puis, il y a une dizaine d’années, je me suis passionnée pour la photographie et cette fois je me suis inscrite dans un club. Cela m’a vraiment aidée à savoir regarder une image, à en comprendre son impact et sa composition, la force des couleurs et des lignes et cela m’a finalement fait évoluer dans ma manière de dessiner.
J’ajoute à cela quelques voyages lointains et la découverte des carnets de voyages de Titouan Lamazou, Sophie Ladame ou Arnaud d’Aulnay entre autres et aussi les somptueux carnets de Peter Beard découverts lors d’une exposition à Paris.
Enfin, même si l’ordinateur n’est qu’un outil, je ne peux pas nier que je suis « tombée dans la marmite » ! Pourquoi le snober ? Il me permet de réaliser aujourd’hui des carnets qui me correspondent parfaitement en alliant mes deux passions : la photo et le dessin. J’aime en effet les possibilités offertes par les logiciels de photo pour transformer une image couleur en noir et blanc, pour laisser un seul élément en couleur, pour en améliorer la qualité, l’impact.
J’aime tout particulièrement « continuer » une photo par le dessin et l’aquarelle, parfois même avec de l’acrylique que je peux passer directement sur la photo afin de mieux l’intégrer à mon dessin. C’est un moyen pour moi de montrer la réalité de ce que l’on a vu tout en y mêlant mon imagination et ma sensibilité et j’aime quand on ne sait plus très bien au premier regard où se trouve la frontière entre la photo et le dessin, entre le rêve et la réalité.
Mes pages sont aussi parfois très « épaissies » par des éléments en 3D : pochette de sable, graines, raphia, photos collées en relief et autres éléments en rapport avec le sujet du carnet.

• Je fais mes carnets chez moi, à Paris, confortablement installée ! J’ai besoin de réfléchir dans premier temps à un style, à une progression dans les pages, à des idées d’illustration par rapport aux photos choisies : tout cela avant de me lancer sur le carnet. Je fais d’ailleurs toujours une sorte de trame, un plan, même si par la suite je ne le suis pas exactement comme prévu.
Le travail des photos sur ordinateur me prends aussi beaucoup de temps (sans doute à cause de mon côté autodidacte je suppose !) et je dois décider du format d’impression, des éléments à transformer en noir et blanc, des parties à re-colorier, des recadrages nécessaires etc.
Puis enfin je peux commencer le plus intéressant : les pages du carnet elles-mêmes, les dessins, les légendes, l’aquarelle et parfois l’acrylique.
Je réalise la 1ère page, celle qui intimide toujours, en dernier ainsi que la couverture du carnet que je choisis toujours le plus neutre possible afin de pouvoir la peindre. Parfois je la recouvre de lin beige sur lequel j’ai peint à l’acrylique ou transféré une photo. J’ajoute parfois une fermeture artisanale comme un lien de cuir et un bouton pour fermer le carnet car avec les petits objets en 3D collés à l’intérieur il prend souvent de l’embonpoint au fil des pages !

 

 

 

D’ AUTRES CARNETS

• J’ai un carnet assez gros que je transporte presque toujours avec moi. Mais je ne voyage pas seule et il n’est pas toujours évident de prendre le temps de faire un croquis dès que l’envie m’en prend. Le temps de faire un carnet sur place : voilà pour moi la vraie problématique ! Je compte bien d’ailleurs un jour faire un voyage uniquement dans ce but là, mais pourtant quelque chose me dit que dessiner au lieu de visiter tel ou tel site qui m’intéresse et que je ne verrai plus par la suite ne me satisfera pas non plus ! De plus, si j’ose maintenant sortir mon carnet et dessiner sous le regard des autres, j’ai encore des progrès à faire !
Je dessine donc quand je le peux, du coup ce carnet comporte des pages plutôt abouties et d’autres pas terminées, des pages bien construites et d’autres ratées. Sur une page je vais dessiner les pieds de ma fille, sur une autre un beau paysage, sur l’une je vais me servir d’un crayon et sur l’autre du feutre, parfois je vais prendre le temps de peindre à l’aquarelle. Bref un vrai bazar ce carnet ! Même s’ il a son charme, cela ne me satisfait pas en tant que carnet de voyage. Pour moi, un carnet de voyage doit certes retracer des souvenirs mais doit aussi faire rêver et être agréable à regarder.

• Il m’arrive de réaliser sur commande des carnets de voyage pour le compte d’autres personnes comme ce fut le cas pour le carnet du Sénégal. Ce sont alors leurs propres photos et mes illustrations sur les pages, parfois leurs propres légendes. Toutefois, un carnet de voyage est par définition très personnel aussi je préfère rester volontairement dans des descriptions assez généralistes sur le pays visité faute de pouvoir raconter le voyage par le détail, les scènes vues, les anecdotes vécues. Sauf bien sûr si les photos sont elles-mêmes très axées sur des détails, des portraits, des scénettes et que j’en connais l’histoire. En dépit de cet aspect souvent manquant, cela fait un album souvenir hors du commun pour le voyageur qui s’y reconnaît quand même forcément puisque ce sont ses propres photos que je mets en scène.

• Je réalise aussi des petits « carnets de vie » à l’occasion d’anniversaires, de mariages, de naissances…. Je les fais pour moi, souvent avec mes 2 filles pour sujet principal, mais aussi pour des amis avec des photos de leurs enfants ou autres et des illustrations ce qui fait en général un cadeau très apprécié !
Si je pouvais je ferais des petits carnets sur plein de thèmes différents sans être pour autant des carnets de voyages car je voyage peu. Alors j’ai d’autres idées de carnets comme des scènes de métro parisien, les impasses de Paris appelées aussi « Villas », les maisons individuelles à Paris, les gens qui promènent leur chien, les théâtres etc. J’aime cette idée de carnets de détails , de carnets qui immortalisent des tranches de vie ou des tableaux que tout le monde connaît sans vraiment les regarder.

 
Contact : Isabelle Zyskind