ciao beijing
 
avant, quand meme torche quelques trucs
AUTEUR : kaoya
LOCALITE DES PRISES DE VUES : Non précisée
  • note: 0/5
    avant de partir on a pas oublie de visiter ce palais personnifiant le reigne de Cixi, l imperatrice que tout le monde deteste parcequ elle a prefere se parquer dans ce lieu magnifique au mepris du peuple, preferant les luttes intestines de pouvoir a la modernisation de son pays au moment ou il en avair besoin (fin 19e siecle).
  • note: 0/5
    elle s est meme fait installer le telephone pour discuter avec ses potes dans d autres batiments du palais d ete alors que le service postal em chine tournait avec des chevaux affames.
  • note: 0/5
    mais elle a laisse une galerie longue de plus de 1600 m integralement peinte (histoire de pas trop se mouiller quand le telephone marchait pas et qu il pleuvait)
  • note: 0/5
    fausse rue commercante. avec des acteurs a la place des commercants et des clients. cixi en tant qu imperatrice ne pouvait se meler au peuple mais avait quand meme des envies de shopping. elle pouvait donc vivre l excitation de craquer pour un sous tif rose, de le marchander avant de l acheter. toutes les memes.
  • note: 0/5
    a part yiheyuan on a aussi teste les appareils de muscu public air qui trainent un peu partout a Beijing. preference pour la "balancoire". ca muscle pas vraiment mais on retombe en enfance.
  • note: 0/5
    Notre colloc cecile a eu la bonne idee d inviter une copine, charlotte, qui est arrivee avec un reblochon dans chaque poche. devant notre reblochonnade, on etait comme le capitaine hadock qui trouve par hasard une bouteille de Loch Lommond.
  • note: 0/5
    a defaut de materiel pour cuisiner (et surtout par flemme), on a reserve dans un restau francais. les 3 droles de dames (cecile claire et charlotte) en sont sur les photos a la premiere bouteille. on n a pas mis de photos apres la deuxieme bouteille de peur de se faire censurer par le gouvernement chinois.
  • note: 0/5
    l avant garde artistique de Beijing se concentrait dans des hangars desafectes dans le nord de la ville jusqu a ce que ce lieu se renove, devienne bobo-branchouille, que les prix explosent au point que pratiquement plus aucun artiste ne puisse se payer un atelier dans le coin. aujourd hui c est un lieu d exposition et d evennementiel haut de gamme.
  • note: 0/5
    beaucoup d oeuvres esthetiques et clinquantes a defaut de vraiment originales
  • note: 0/5
    comme ce chemin miroir aux dizaines de couteaux suspendus par des fils de plastiques. chacun a ses epees de Damocles.
  • note: 0/5
    en tout cas pour la suite de notre voyage, grace a nos nouveaux chapeaux on aura pas froid aux oreilles. par contre a notre retour, pas sur qu on rentre au macumba avec.
  •  

    Autres albums photos de voyage