Un passeport sanitaire plutôt que vaccinal pour rassurer les Européens
Publié le 21/04/2021
 

L’Union Européenne va lancer à la mi-juin son passeport sanitaire qui a pour objectif de rassurer les méfiants.

Depuis plusieurs semaines, l’Union Européenne travaille sur un passeport sanitaire, qu’elle lancera à la mi-juin, pour permettre aux Européens de voyager plus sereinement hors des frontières du continent. Ce document intégrerait les certificats de vaccination et des tests de covid-19 négatifs. Il a été préféré au passeport vaccinal qui lui est plus contraignant car il n'aurait uniquement que les données vaccinales liées à la covid-19. La campagne de vaccination en Europe est loin d'être terminée, donc les décideurs de l'instance européenne ont fait un choix pragmatique. En adoptant un tel document, l'Europe veut rassurer les sceptiques et les personnes désirant voyager à l'étranger cet été. Le passeport vaccinal aurait pu entraîner un sentiment de frustration chez non-vaccinés. 

Un passeport sanitaire non obligatoire

Les premières discussions font état d’un certificat qui ne sera pas obligatoire et se fera sur la base du volontariat. D’ici au mois de juin, les choses peuvent évoluer tant la pandémie de covid-19 est impalpable. Les variants peuvent faire tourner les discussions et les décisions des autorités. Mais il est évident qu’en se faisant vacciner, le voyageur sera exonéré de différentes formalités plus ou moins contraignantes : quarantaine obligatoire, dépistage au départ et à l’arrivée. Le passeport souhaité par l’Union Européenne prendra la forme d’un QR code à présenter sous format numérique ou sur papier. Il donnera la possibilité de se présenter aux contrôles aux frontières avec les formalités administratives et sanitaires à jour sans avoir de contraintes supplémentaires à supporter (quarantaine, test à l’arrivée…). 

Certains pays misent donc gros et sont prêts à mettre en place des contraintes supplémentaires pour éviter une propagation du virus. D’autres font preuve d’un peu plus de clémence pour accueillir les visiteurs. C’est donc sur un jeu de chaises musicales que l’Union Européenne joue la partition de son passeport sanitaire mais n'imposera pas de contraintes aux pays européens qui souhaitent prendre des mesures plus radicales. L’été s’annonce déjà crucial pour de nombreux professionnels du tourisme après une année 2020 catastrophique et une année 2021 qui commence sur les mêmes bases. Le but est de permettre au monde du tourisme de retrouver de l’allant après une année noire et des stops and go de plus en plus insoutenables. Le tourisme est l’un des secteurs les plus touchés par la pandémie et une autre année comme celle de 2020 et ce sont des milliers d’emplois qui seront détruits définitivement.

Des pays aux volontés différentes

Mais dans ce marasme et cette volonté de retrouver un peu de lumière, chacun joue sa musique et les notes peuvent être différentes entre les différents états et leurs propres intérêts. L’Espagne n’impose pas de quarantaine, en revanche elle demande un test PCR de moins de 72h et sur place les restrictions sont les mêmes pour tous (couvre-feu, déplacements limités entre communautés autonomes, bars et restaurants fermés à partir d'une certaine heure).

Alors qu’à Malte, les autorités imposent la vaccination à condition d’avoir reçu les deux doses au moins quatre jours avant le départ. En Croatie, les touristes vaccinés sont libres d’entrer sur le territoire sans aucune restriction et les non vaccinés sont acceptés à condition d’avoir réalisé un test PCR négatif de mois de 48h. A Madère, les touristes non-vaccinés doivent satisfaire à un test PCR de moins de 72h. En France, l’application « TousAntiCovid » rassemblera sur le smartphone du voyageur les résultats du test PCR ou du certificat de vaccination. La Corse sera la destination test à partir de la fin du mois d'avril. 

Si des discussions ont lieux avec les Etats-Unis comme l’a annoncé dimanche soir sur CBS Emmanuel Macron le président de la République, l’Union Européenne marche sur des œufs. Comme avec les vaccins, certains pays ont joué leur propre carte et sont passés outre les décisions de l’Union Européenne. Là-encore la difficulté est de ne froisser personne et de rouler dans la même direction.

 

Autres articles de voyage

Comparez les prix des vols

Agenda Voyage

Artiste voyageur

Philippe Bichon

Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires,...

» Lire la suite

Livre du mois

Salaam Palestine

Fin 2009, Véronique Massenot (romancière), Bruno Pilorget (dessinateur) et Marc Abel (photographe...

» Lire la suite