Retour au Moyen-Âge les 19 et 20 juin au château de l'Ebaupinay
Publié le 16/06/2021
 

Les 19 et 20 juin, le château fort de l’Ebaupinay, dans les Deux-Sèvres, va revêtir ses habits du Moyen-Âge pour un marché médiéval.

Les châteaux forts et les monuments historiques construits durant la période du Moyen-Âge ont véritablement la côte auprès des Français. Objets de fantasmes et bercés par les récits historiques, ces lieux renferment bien des trésors qui sont parvenus jusqu’à notre époque. Médiéval TV, une chaîne consacrée à cette période est même en pleine création et fait appel à la générosité de nombreux donateurs pour voir le jour très rapidement. Des animations sont régulièrement organisées à travers la France pour montrer les nombreuses activités liées à la période. Marchés, joutes médiévales, expositions, ateliers font ainsi revivre le passé en propageant les savoir-faire ancestraux. Les 19 et 20 juin 2021, le château fort de l’Ebaupinay à Breuil-sous-Argenton dans les Deux-Sèvres accueille pour sa part un marché médiéval d’artisans.

Les visiteurs pourront découvrir une trentaine d’exposants sur le site. Ils viendront présenter leurs créations artisanales autour de la poterie, de la broderie, de la forge, de l’artisanat du cuir, de la joaillerie, d’un atelier costumerie. Des démonstrations de tir à l’arc, des promenades avec des alpagas, des musiciens médiévaux et des troupes de reconstitution historiques viendront assurer l’ambiance autour des stands. Et des maîtres d’armes feront découvrir la pratique des arts martiaux historiques. Ces deux journées vont permettre de découvrir des produits du terroir et pourquoi pas revenir avec des idées cadeaux en s’arrêtant aux différents stands.

« Il faut que l’on soit immergé dans le temps »

« Au fur et à mesure des mois, on essaie de proposer toujours plus d’animations autour du patrimoine, du Moyen-Âge, de la ville médiévale », explique Romain Delaume, le cofondateur de Dartagnans, la société copropriétaire du château et qui organise le marché médiéval. Durant ces deux jours, il sera évidemment possible de se restaurer sur place avec des découvertes culinaires, et déguster la bière du château. En effet un artisan local dévoilera cette création originale. « C’est un Anglais qui est venu s’installer dans les Deux-Sèvres pour brasser une bière typiquement anglaise. Il nous a fait une bière spécialement pour le château de l’Ebaupinay », précise le dirigeant de Dartagnans.

Un premier marché médiéval a déjà été organisé sur le site lors des fêtes de fin d’année en décembre 2020 avec une dizaine d’artisans. Les organisateurs se sont servis de cette première expérience pour mettre en place ce week-end de festivités. C’est donc tout naturellement qu’ils ont fait le choix de contacter les forces vives du département. « Il faut que l’on soit immergé dans le temps, que l‘on oublie son portable, ses soucis, le covid, que l’on soit dans une ambiance où on va à la fois découvrir des métiers, découvrir des arts, soutenir l’économie locale en faisant venir des artisans. Un marché c’est ce qui pouvait le mieux ressembler à un début de saison en fanfare, avec des stands différents », souligne Romain Delaume.

Autour de moments conviviaux et festifs, ce marché est aussi une manière de propager un peu plus la culture médiévale qui compte une véritable communauté de passionnés. Les enfants seront évidemment émerveillés, le temps d’un week-end, en voyant des chevaliers, des épées, des musiciens en habits médiévaux et pourront se promener avec les alpagas. Si le château n’est pas visitable, ces animations permettront d’arpenter l’espace et les jardins autour. L’entrée est de cinq euros pour les adultes et trois euros pour les enfants.

Une souscription a sauvé le château

Le château fort de l’Ebaupinay est un monument historique du XVe siècle. Délabrée, la demeure a été classée au titre des monuments historique en 1893. Elle est sortie de sa léthargie en 2019 après le lancement d’une souscription par la société Dartagnans, spécialisée dans la sauvegarde du patrimoine, pour un achat collectif de monument en 2019. Le château appartient désormais 11 800 donateurs (châtelain(e)s) répartis dans 96 pays. « Il n’a pas bougé d’un iota depuis 500 ans. Quand on va sur place on voit encore des enduits à la chaux. Du point de vue de la connaissance de l’histoire, c’est un des derniers témoins du Moyen-Âge en France. C’est un décor de cinéma parfait », s’émerveille Romain Delaume.

Sous l’impulsion de Dartagnans, le château s’apprête à revivre et à retrouver sa flamboyance passée. « On a surtout avancé sur l’aménagement paysager autour du domaine. On a profité de la période de fermeture pour affiner au maximum la connaissance historique et l’état sanitaire du château en lui-même », signale Romain Delaume. Avec l’aide de Stéphane Perhault, un architecte spécialisé dans le domaine, une étude complète et précise sera remise dans les prochaines semaines à la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) en vue de restaurer l’édifice. « Le projet est de restituer le château à l’identique en utilisant les techniques médiévales d’il y a 500 ans. On doit faire de la pédagogie, expliquer notre démarche. Plus on est précis, plus on pourra avancer sereinement dans le programme. On veut que le chantier de restauration devienne une des attractions du domaine », avance Romain Delaume.

C’est donc à travers le futur chantier et les différentes manifestations que l’entreprise souhaite développer l’attractivité du domaine et imagine déjà à l’horizon 2025-26 avoisiner les 80 000 visiteurs. « Le but est de faire découvrir ce site qui était encore inconnu il y a quelques années, de générer de l’activité touristique sur le territoire des Deux-Sèvres car les gens qui viennent au marché médiéval, ce sont des personnes qui vont devoir se déplacer dans le Nord du département et découvrir d’autres choses. Ce qui est important pour l’économie locale c’est qu’une activité culturelle, sportive soit le point de départ d’un voyage. Le patrimoine est un poumon de l’économie locale car c’est ce qui attire les visiteurs », analyse le cofondateur de Dartagnans.

700 propriétaires aidés depuis 2015

Si l’Ebaupinay a pu être sauvé c’est le fruit de la passion d’une poignée d’irréductibles qui en septembre 2015 décide de créer Dartagnans. Le but est d’accompagner les projets de sauvegarde du patrimoine voire même de s’impliquer totalement en développant l’achat collectif de châteaux avec l’aide de milliers de donateurs. Dartagnans est depuis copropriétaire de trois châteaux (la Mothe-Chandeniers dans la Vienne, Vibrac en Charente et l’Ebaupinay). Ce rêve un peu fou de sauver le patrimoine historique a permis de sauver des demeures d’exception de la ruine et de développer des programmes de sauvegarde. 700 propriétaires de monuments privés et publics ont ainsi bénéficié d’un apport financier.

Pour mener à bien leurs missions les équipes de Dartagnans ont privilégié des actions fortes et marquantes sur le digital. Le plébiscite est total avec dernièrement une levée de fonds de deux millions d’euros pour sauvegarder le château de la Mothe-Chandeniers. Près de 12 millions d’euros ont ainsi été récoltés depuis sa création. Et ce n’est pas fini, puisque Dartagnans organise actuellement la 7e saison de son « Château Challenge » qui consiste toujours à récolter des fonds en direction des propriétaires dont les besoins sont réels en vue de restaurer leur enceinte. « Les propriétaires de châteaux ont tous les mêmes problématiques, se battent tous comme des diables. Nous sommes aussi propriétaires-gestionnaires de monuments historiques, nous savons mieux que quiconque aujourd’hui ce que cela veut dire de gérer un site historique, de l’entretenir, d’essayer de le faire visiter », conclut Romain Delaume.

Pour aller plus loin

Le billet d’entrée et toutes les informations sur le marché médiéval sont à retrouver ici et les renseignements sur la société Dartagnans et tous ses projets sont à retrouver sur son site

François Berland

 

Autres articles de voyage

Comparez les prix des vols

Agenda Voyage

Artiste voyageur

Philippe Bichon

Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires,...

» Lire la suite

Livre du mois

Salaam Palestine

Fin 2009, Véronique Massenot (romancière), Bruno Pilorget (dessinateur) et Marc Abel (photographe...

» Lire la suite