Le tourisme spatial, du rêve à la réalité
Publié le 20/07/2021
 

Depuis le début des années 2000, plusieurs entreprises se disputent le marché du tourisme spatial, un secteur qui pourrait engendré des bénéfices colossaux dans les années à venir.

L’été est propice pour lever le nez au ciel et regarder la voûte céleste immaculée d’étoiles. Les photographes et astronomes s’en donnent à cœur joie pour observer les nuits étoilées, la lune et quand cela est possible d’autres planètes. On se prend alors à rêver et à imaginer que l’on voyagerait bien dans l’espace, ce monde si inconnu pour le quidam et qui reste à la portée d’une poignée d’élus. Bercés par les aventures de Tintin qui pose le pied sur le lune dans « On a marché sur la lune », ou tout simplement attirés par cette immense et infini domaine qu’est l’espace, l’imagination ne fait pas défaut aux doux rêveurs.

Un vol de quelques minutes à plus de 100km d’altitude

D’un lointain rêve devenu presque une réalité, le tourisme spatial a pris une nouvelle forme ces dernières années à travers plusieurs projets privés lançant ainsi une course effrénée à l’espace. Le 11 juillet dernier le fantasque patron de Virgin Galactic, le milliardaire Richard Branson s’est envolé, en compagnie de trois autres personnes, avec succès pendant quelques minutes avec son propre engin « VSS Unity » jusqu’aux frontières de l’espace. Cet après-midi à 15h (heure de Paris) le patron de Blue Origin et ex-PDG d’Amazon, Jeff Bezos a emprunté le même chemin que Richard Branson en réussissant son vol touristique. Il était accompagné de trois autres personnes, dont son frère, à bord de sa capsule New Shepard.

Ce qui était un doux rêve avant le vol de Youri Gagarine, le premier homme dans l’espace le 12 avril 1961 et des premiers pas de Neil Armstrong sur la lune, est devenu une réalité. Depuis de nombreuses incursions ont eu lieu vers la station Mir, remplacée depuis par l’ISS. Si ces voyages d’observation n’ont rien de touristiques, ils n’en excitent pas moins les appétits de gros rêveurs avec des moyens colossaux pour parvenir à réaliser l’impossible ou presque car la construction d’engins spatiaux est très coûteuse. Les vols habités dans l’espace amènent une certaine fascination pour cette aventure extrême.

A la différence d’un séjour dans la station spatiale qui nécessite un gros travail en amont pour s’entraîner, le vol suborbital consiste à passer quelques minutes à une altitude supérieure à 100 km au dessus de la ligne de Kármán qui marque la frontière entre l’atmosphère terrestre et l’espace là où la micro-pesanteur commence à se faire sentir. C’est à cet endroit précis depuis le vaisseau que les heureux élus peuvent apercevoir la courbure de la terre.

Une course effrénée depuis le début des années 2000

Avant Richard Branson et Jeff Bezos, d’autres ont tenté l’expérience. Le premier à se lancer est Dennis Tito qui devient le 28 avril 2001, contre un chèque de 20 millions de dollars en faveur de l’agence spatiale fédérale russe, le premier touriste de l’espace à bord du Soyouz TM-32. En mai 2002, Elon Musk crée Space X, qui préfigurera la course à l’espace du milliardaire. Le 20 mai 2003 a eu lieu le premier vol en automatique du SpaceShipOne de la société américaine Scaled Composites. Et le 21 juin 2004 l’astronaute Mike Melvill a atteint l’attitude de 100 124 mètres qui se caractérise ainsi comme étant le premier vol privé dans l’espace.

Dès lors le tourisme spatial devient de plus en plus accessible pour les entreprises privées aux moyens financiers énormes. C’est à ce moment que Richard Branson, se rapproche alors de Scaled Composites pour créer SpaceShipTwo. Le 17 octobre 2011, il inaugure au Nouveau Mexique le Spaceport America, le premier spatioport privé de l'histoire. Après de nombreux essais la navette de SpaceShipTwo s’écrase le 31 octobre 2014 dans un désert en Californie faisant un mort et un blessé grave.

Ce n’est pas pour autant que les rêves d’espace des uns et des autres s’arrêtent. Le 25 novembre 2015, Blue Origin fait revenir sa fusée sur terre et parvient à la faire atterrir sur la base de lancement. La fusée Falcon 9 et la capsule Crew Dragon de Space X l’imiteront quelques mois plus tard. En août 2016, la NASA demande à plusieurs entreprises spécialisées dans l’aérospatial de développer des prototypes de modules d’habitation spatiale. Le 30 mars 2018, Space X réussit le lancement d’une fusée déjà utilisée et parvient à récupérer le premier étage. La société d’Elon Musk franchit ainsi encore un cap supplémentaire dans la course au tourisme spatial.

En fin d’année 2019, Virgin Galactic explique avoir vendu 600 billets pour se rendre dans l’espace. Coût du billet jusqu’à 250 000 dollars. En septembre 2021, un équipage composé de quatre personnes, ayant reçu un entraînement, passeront plusieurs jours en orbite autour de la Terre pour un vol non professionnel de Space X. La mission intitulée « Inspiration Four » leur permettra de passer trois jours autour de la terre à plus de 500 km d’altitude. 

Un hôtel dans l’espace ?

Axiom Space, une autre société américaine compte bien jouer un rôle prépondérant dans la course à l’espace en développant un hôtel adossé à la station spatiale internationale et commence à commercialiser des séjours pour de riches amateurs dès 2022 en empruntant la capsule de Space X. Et les Russes de leur côté n’ont pas abandonné l’espace aux sociétés privées. En effet cet automne un réalisateur et une actrice s’envoleront vers l’ISS pour y tourner un film. Ils y croiseront peut-être Tom Cruise et le réalisateur Doug Liman qui tourneront eux aussi une scène de leur nouveau film en octobre prochain.

L’engouement pour le secteur est tel qu’UBS pense que le marché pourrait peser 3 milliards de dollars d’ici 2030 et le voyage à grande vitesse passant par l'espace pourrait générer d’importantes retombées financières de l’ordre de 20 milliards de dollars. Le poids de l’industrie spatiale pourrait passer de 400 milliards de dollars actuellement à 800 milliards d’ici 2030. Une manne financière colossale qui attire donc les convoitises. Les milliardaires, lancés dans ces opérations, ne sont pas donc prêts de s’arrêter suite à de tels succès et aux potentielles retombées financières envisagées.

Objectif aller toujours plus haut, toujours plus loin et s’échapper un jour vers Mars. Space X croît véritablement en ses chances, preuve en est puisque la Nasa a choisi la société d’Elon Musk pour amener les prochains astronautes américains sur le lune dans le cadre du programme Artemis. Et en attendant, l’entreprise place de grand espoir dans sa fusée Starship. Si les différentes firmes qui sont lancées dans la course au tourisme spatial ont de grandes chances de réussir leur pari, il faudra quand même patienter encore un peu pour voir des vols de masse s’opérer. Et de nombreuses questions se posent sur la réglementation dans l'espace avec des codes à définir, assurer la sécurité du public et leur la santé puisque le corps y vieillit plus vite. En attendant on lèvera une fois de plus le nez au ciel pour apercevoir le ciel étoilé. 

François Berland 

 

Autres articles de voyage

Comparez les prix des vols

Agenda Voyage

Artiste voyageur

Philippe Bichon

Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires,...

» Lire la suite

Livre du mois

Salaam Palestine

Fin 2009, Véronique Massenot (romancière), Bruno Pilorget (dessinateur) et Marc Abel (photographe...

» Lire la suite