• »
  • Uniterre.com
  • »
  • »
  • »
  • La cacophonie gouvernementale place les professionnels du tourisme dans l'incertitude pour les fêtes de fin d'année
La cacophonie gouvernementale place les professionnels du tourisme dans l'incertitude pour les fêtes de fin d'année
Publié le 20/11/2020
 

Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas et les Français attendent pour réserver leur séjour. Mais les déclarations contradictoires des membres du gouvernement placent les professionnels du tourisme et les stations de ski dans l’embarras.

A l’approche des fêtes de fin d’année, la tentation est grande de réserver ses vacances. Mais le pays est encore confiné. Pour le moment, seul le gouvernement peut acter un déconfinement permettant ainsi aux Français de partir en vacances pour Noël et le jour de l’an. Mais en l’état des choses et des déclarations du Premier ministre et du président de la République, il est évident que le pays sera toujours confiné après le 1er décembre puisqu’il faudra toujours se déplacer avec une attestation. Et donc la possibilité de partir en vacances pour la fin d’année est encore très hypothétique. On en saura plus en début de semaine prochaine après l’intervention d’Emmanuel Macron.

Les contradictions ministérielles

Les membres du gouvernement prennent également la parole pour préciser leurs pensées mais chacun y va de sa tirade contradictoire. En effet Jean-Baptiste Lemoyne, le Secrétaire d'État chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie a expliqué sur BFM TV il y a deux jours « qu'il faut patienter encore un peu pour avoir des données très précises pour pouvoir donner des indications sur les modalités dont se déroulera ce temps de Noël ». Alors que le 12 octobre dernier il a souligné que pour la Toussaint les Français pouvaient « organiser les vacances avec confiance », argumentant que « c'est un acte citoyen de réserver, de s'organiser ».

Ce matin sur l’antenne d’Europe 1, le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari a rejoint l’avis du secrétaire d’État au tourisme en assurant que « les Français peuvent réserver sans risque car les billets seront échangeables et annulables mais je ne peux pas garantir que les déplacements seront autorisés pour motif de loisir ». Pourtant Jean-Baptiste Djebbari est lui aussi est un adepte du grand écart conversationnel puisqu’il a pourtant annoncé en début de semaine l’ouverture à la réservation de 100% des trains de la SNCF laissant croire que les Français pourraient partir en vacances.

Le 15 novembre dernier, Elisabeth Borne, ministre du Travail a exhorté les professionnels du tourisme de la montagne « à recruter les saisonniers dont ils vont avoir besoin, et donc on est en train de s'organiser pour que ces saisonniers puissent être recrutés normalement, et bénéficier si nécessaire d'activité partielle, si l'activité des stations de ski n'était pas au niveau escompté ».

C’est dans cette cacophonie gouvernementale, où tout le monde prend la parole pour amener son avis, que les professionnels du tourisme attendent dans la plus totale incertitude. C’est le flou le plus total et les réservations pour les vacances de fin d’année sont au point mort. Il faut reconnaître que le reconfinement dans plusieurs pays européens, notamment la France, n’incite évidemment pas les touristes à prendre le moindre risque sur d’éventuelles réservations. Dans ces conditions il est donc compliqué de s’organiser pour réserver ses vacances cet hiver.

En attendant, les professionnels du tourisme ont pris plusieurs dispositions et font tout pour attirer les clients à travers des remboursements du séjour en cas d’impossibilité de déplacement, des politiques tarifaires avantageuses avec notamment des annulations sans frais, des tarifs flexibles. Dans les Pyrénées, le réseau N’Py, regroupant sept domaines skiables, a créé le pass « No Souci » qui permet de ne payer que les journées skiées. Une souplesse et une flexibilité bienvenues dans cette incertitude.

Les stations préparent la saison malgré tout

Les Alpes comptaient sur les compétitions internationales de ski pour attirer du public. Avec une prolongation du confinement qui se profile à l’horizon au début du mois de décembre, il est évident qu’il n’y aura pas de public au bord des pistes à part les officiels. Si pour le moment les compétitions de ski ne sont pas menacées, les autorités et les organisateurs scrutent attentivement les données épidémiologiques et météorologiques afin de s’adapter. Évidemment dans les stations on s’organise pour préparer au mieux la saison. Sur sa page Facebook, la Station de l’Alpe d’Huez explique que « depuis quelques semaines, toute la station de l’Alpe d’Huez, mais plus largement l’ensemble des stations de ski et professionnels de la montagne, sont mobilisés ». Les responsables se montrent optimistes. « La préparation du domaine skiable avait commencé, et un protocole sanitaire strict au niveau national avait été élaboré afin de permettre l’ouverture des stations de ski dans de parfaites conditions de sécurité sanitaire ».

En attendant le travail continue pour préparer et entretenir le domaine. « Nous continuerons, dans les jours et les semaines à venir, à préparer notre domaine skiable afin que la station puisse ouvrir ses portes dès le 5 décembre comme prévu initialement. Des points d’informations réguliers seront faits sur cette page », souligne le communiqué de la station.

 

[COMMUNIQUÉ] - Jeudi 29 octobre Depuis quelques semaines, toute la station de l’Alpe d'Huez, mais plus largement...

Publiée par Alpe d'Huez - Assistance sur Jeudi 29 octobre 2020

 

Les autres stations de sport d’hiver, des Alpes au Pyrénées en passant par celles du Massif Central, du Jura, et des Vosges attendent elles aussi évidemment d’en savoir plus pour accueillir les touristes.

Dans les stations où l’on garde la foi, le slogan publicitaire des années 90 « la montagne, ça vous gagne » n’a jamais aussi été d’actualité cette année avec la pandémie. Cet été, les randonneurs ont été nombreux à emprunter les sentiers de randonnées entraînant ainsi une hausse de 4,7 % de l’activité estivale. Cet hiver, les touristes n’attendent que cela pour se ruer sur les pistes et les dévaler tout schuss. Pour rassurer les touristes, les stations ont appliqué un protocole très strict avec l’aide France Montagnes, qui représente les acteurs du secteur.

Ces protocoles sont adoptés et prêts à être mis en œuvre avec l’appui des différentes mairies. Les restaurateurs sont eux-aussi parés pour dégainer leurs offres de menus à emporter. Tout le monde veut éviter de voir cette saison s’arrêter prématurément comme la dernière en mars 2020 entraînant des pertes du chiffre d’affaires de deux milliards d’euros. Les stations de ski n’attendent plus que le feu vert des autorités et la neige bien sûr pour permettre aux skieurs d’apprécier au mieux leur séjour.

 

 

Autres articles de voyage

Comparez les prix des vols

Agenda Voyage

Artiste voyageur

Philippe Bichon

Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires,...

» Lire la suite

Livre du mois

Salaam Palestine

Fin 2009, Véronique Massenot (romancière), Bruno Pilorget (dessinateur) et Marc Abel (photographe...

» Lire la suite