Frontière franco-espagnole poreuse, covid-19 heureuse
Publié le 22/10/2020
 

Depuis cette nuit à minuit, la Navarre s’est reconfinée pour deux semaines. La frontière avec la France est fermée partiellement puisque les personnes arrivant de France peuvent circuler librement.

La Navarre, région autonome du nord de l’Espagne, retourne à l’hibernation pour deux semaines depuis minuit ce jeudi 22 octobre. En cause la pandémie de covid-19 qui, continue de faire des siennes, malmène les services de santé et use les Etats. La Communauté Forale de Navarre par l’intermédiaire de Maria Chivite sa présidente a donc acté cette mesure qui n’est pourtant pas totalement complète. Si les Navarrais doivent avoir une dérogation pour circuler pour des raisons d’importance (travail, sanitaires, éducatifs ou de soins), il n’en est pas de même des habitants des Pyrénées-Atlantiques, le département voisin qui lui n’est absolument pas concerné par cette mesure.

En effet les décrets sont très clairs et implacables pour la communauté autonome qui ne peut en aucun cas prendre la décision de fermer les frontières. Celle séparant la France de l’Espagne est une démarcation internationale et ne peut en aucun cas être bouclée par une communauté autonome. Cette décision est donc du ressort de l’État espagnol, seul habilité à disposer de cette capacité. Les Français désirant se rendre en Espagne et plus particulièrement dans la communauté autonome de Navarre pourront le faire. La restriction s'applique aux personnes ayant le désir de circuler de la Navarre vers les provinces basques de Guipuscoa et d'Alava et inversement.

Ce reconfinement en Navarre et cette fermeture partielle coïncide avec les vacances de la Toussaint en France où la tentation est grande pour les touristes séjournant dans les Pyrénées-Atlantiques d’aller faire un tour à Ibardin et Dantxarria pour acheter alcool, tabac et essence à des prix défiant toute concurrence. Ce matin, les immatriculations françaises étaient au-rendez-vous à Dantxarria dans les commerces. Au sommet de la Rhune, les ventas, d’ordinaire ouvertes et accueillant randonneurs et utilisateurs du petit train les menant au sommet, ont clos leurs portes. Les responsables du petit train de la Rhune ont choisi de ne laisser que 45 minutes aux personnes, arrivant au sommet, pour profiter du panorama avant de repartir. Une contrainte que les randonneurs ne connaissent pas. La covid-19 peut donc profiter tranquillement de la porosité des dispositions pour continuer son petit bonhomme de chemin.

 

Autres articles de voyage

Comparez les prix des vols

Agenda Voyage

Artiste voyageur

Philippe Bichon

Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires,...

» Lire la suite

Livre du mois

Salaam Palestine

Fin 2009, Véronique Massenot (romancière), Bruno Pilorget (dessinateur) et Marc Abel (photographe...

» Lire la suite