Douche froide pour les stations de sports d'hiver à Noël
Publié le 25/11/2020
 

Hier soir, lors de son allocution télévisée, Emmanuel Macron, le président de la République a douché la motivation des gérants de stations de sports d’hiver en expliquant qu’il préférait qu’elles ferment à Noël.

Depuis plusieurs semaines les stations de sport d’hiver préparent la saison dans l’angoisse avec des protocoles très stricts édictés avec l'aide de France Montagnes. L’attente est longue et l’allocution hier soir d’Emmanuel Macron, le président de la République, a fait l’effet d’une douche froide pour les gérants et les passionnés de glisse. Dans son homélie à la nation, Emmanuel Macron a expliqué qu’« une concertation a été engagée par le gouvernement avec les élus locaux et les professionnels ». Il ajoute ensuite « il me semble toutefois impossible d’envisager une ouverture pour les fêtes ». Pour ensuite étayer son point de vue en relevant qu’il est « préférable de privilégier une réouverture courant janvier dans de bonnes conditions ». Le chef d’État compte sur une coordination européenne pour s'appuyer sur le sujet. Si le président de la République a émis un avis personnel il a tout de même précisé que « les décisions seront finalisées très prochainement ».

Avant de donner son point de vue en direct à la télévision, Emmanuel Macron s’est appuyé sur l’avis du conseil de défense sanitaire et sur les chiffres de contamination notamment dans les Alpes qui sont toujours aussi problématiques. Trois départements du secteur alpin présentent des taux d’indicence parmi les plus élevés de l’Hexagone (Haute-Savoie : 485,4/100.000 habitants ; Savoie : 385,9/100.000 ; l’Isère : 365,2/100.000). Avec l’afflux de touristes sur la massif alpin, plus grand domaine skiable de France, les autorités craignent que les accidents de ski viennent surcharger les hôpitaux déjà bien encombrés par les cas de covid-19. La région Auvergne - Rhône Alpes compte 6229 hospitalisés et 763 personnes en réanimation.

La prudence est donc de mise mais cette décision du chef de l’État ne fait pas les affaires des stations de sports d’hiver. Si la concertation se poursuit entre le gouvernement et les représentants des stations de sports d’hiver, cette aparté hier soir dépose évidemment un voile blanc sur l’ouverture des stations de sports d’hiver pour cette fin d’année. Pour la montagne les retombées économiques de la saison hivernale sont évidemment énormes. Les 350 stations françaises génèrent 10 milliards d’euros de retombées pour 120 000 emplois saisonniers (restaurants, centres de vacances, hôtels, moniteurs de ski…). A Noël, certaines stations réalisent même jusqu’à 30% de leur chiffre d’affaires. « On souhaite ardemment une ouverture mais pas au détriment de la santé publique », a expliqué à l’AFP Jean-Luc Boch, président de l’Association nationale des maires de stations de montagne (ANMSM). De son côté Pierre Balme, administrateur des maires de stations de montagne et Maire adjoint des Deux Alpes souligne que cette décision « a été comme une douche froide, tout s'effondre. C'est fichu pour Noël, c'est la sidération ». Il faudra donc attendre le début d’année 2021 pour dévaler les pistes.

 

Autres articles de voyage

Comparez les prix des vols

Agenda Voyage

Artiste voyageur

Philippe Bichon

Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires,...

» Lire la suite

Livre du mois

Salaam Palestine

Fin 2009, Véronique Massenot (romancière), Bruno Pilorget (dessinateur) et Marc Abel (photographe...

» Lire la suite