Covid-19 : le gouvernement renforce son dispositif pour les voyages internationaux
Publié le 15/01/2021
 

Pour lutter contre la propagation de la covid-19, le gouvernement renforce ses mesures notamment pour les voyageurs entrant sur le territoire français.

Voyager en 2020 fut très compliqué entre les périodes de confinement et les fermetures des frontières. Le vaccin déployé en ce début d’année 2021 fait espérer des lendemains meilleurs mais en attendant une généralisation, le virus continue de faire des ravages et mute à mesure que le temps passe dans les territoires touchés. Le gouvernement français, par l’entremise de Jean Castex le Premier ministre, qui suit la situation en temps réel a édicté hier soir de nouvelles restrictions. Exit le couvre-feu localisé, il est cette fois généralisé à l'ensemble du territoire pour une durée de 15 jours.

Dans le secteur du voyage, la prise de parole du Premier ministre était très attendue et on peut dire que l’exécutif a eu la main lourde. Suite à l’intervention hebdomadaire de Jean Castex hier soir, le Quai d’Orsay a mis à jour sur son site internet ses recommandations en direction des voyageurs. Dans son communiqué le Quai d’Orsay considère qu’« une stricte limitation des déplacements s’impose pour ralentir la progression de l’épidémie dans le monde, du fait de la circulation très active du virus de COVID-19 et de ses variants ». Dans le communiqué, l’organe étatique ajoute que « tout déplacement international - depuis l’étranger vers la France et de France vers l’étranger - est totalement et strictement déconseillé jusqu’à nouvel ordre »

Septaine et tests RT-PCR pour les voyageurs non européens entrant en France

Dès lors le gouvernement entend lutter contre la propagation du virus en imposant dès lundi une septaine à certains voyageurs. Toutes les personnes arrivant sur le territoire français en provenance d’un pays extérieur à l’espace Européen (Union européenne, espace Schengen, Andorre, Vatican, Saint-Marin, Monaco) devront présenter un test RT-PCR négatif réalisé juste avant leur départ. Elles devront s’engager sur l’honneur à s’isoler durant sept jours à leur arrivée sur le territoire français et seront à nouveau testées après la période d'isolement.

Les voyageurs ne pouvant pas réaliser de test RT-PCR depuis le pays de départ devront solliciter les consulats pour avoir un laisser-passer et seront testés à leur arrivée sur le sol français. Ils devront rester à l’isolement dans un établissement désigné par les autorités compétentes. Sur les voyages entre pays européens, les Etats travaillent dans le but d’élaborer une coordination unique. Une formalité qui sera très compliquée à obtenir étant donné les différentes situations sanitaires des pays

Concernant l’Outre-mer des mesures spécifiques sont prises afin d’éviter de voir le variant entrer sur ces territoires. Des dispositions seront prochainement prises pour atteindre les îles antillaises et la Guyane. Dans l’Océan Indien, c’est la crainte du variant sud-africain qui prédomine chez les autorités. Des tests RT-PCR négatifs seront imposés afin d’entrer sur l’ile pour les personnes arrivant de Mayotte.

Pas d'annulation des réservations dans l'immédiat

Dans ces conditions la question qui brûle les lèvres de tout un chacun est l’annulation des réservations pour les vacances de février (12 février-8 mars). Interrogé sur le sujet, Jean Castex « ne recommande pas d’annuler les réservations ». Cette sortie fait suite à celle de Jean-Baptiste Lemoyne, qui la semaine dernière, a également incité les Français à ne pas annuler leur séjour.

Pour le secteur du tourisme, durement touché par la pandémie, la visibilité est nulle. Dans l’immédiat il n’y a aucune assurance sur la prochaine ouverture des remontées mécaniques au mois de février. La seule certitude avancée et avérée est la poursuite des dispositifs de soutien aux entreprises touchées par les fermetures. Maintes fois prolongée à plusieurs reprises, face à l’état actuel de la pandémie touchant les différents secteurs, la prise en charge à 100 % de l’activité partielle se fera jusqu’à la fin du mois de février.

Sans visibilité même à très court terme, les professionnels du tourisme sont dubitatifs voire abasourdis par ces nouvelles. Si la plupart s’engagent à rembourser sans frais les clients, des annulations au dernier moment auront des conséquences fâcheuses voire désastreuses sur les finances et mêmes le moral des équipes alors que les deux données sont déjà bien plombées.

 

Autres articles de voyage

Comparez les prix des vols

Agenda Voyage

Artiste voyageur

Philippe Bichon

Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires,...

» Lire la suite

Livre du mois

Salaam Palestine

Fin 2009, Véronique Massenot (romancière), Bruno Pilorget (dessinateur) et Marc Abel (photographe...

» Lire la suite