Covid-19 : des trains supprimés temporairement par la SNCF
Publié le 09/10/2020
 

La SNCF va supprimer des trains temporairement pour faire face à un afflux moins important de voyageurs.

La vie du rail est compliqué en 2020 du côté de la SNCF. Entre les bons plans pour faire face à la crise sanitaire, les dirigeants de l’entreprise sont obligés de prendre des décisions compliquées. Touchée de plein fouet, la SNCF a annoncé hier qu’elle allait supprimer certains TGV durant quelques mois. La rentrée est très difficile pour le réseau ferroviaire français qui voit ses trains remplis à moitié en semaine. Avec des TGV remplis au deux-tiers le week-end, la clientèle professionnelle fait cruellement défaut et baisse de 60 à 70 % pendant la semaine. Une porte-parole de la SNCF relève que « les prévisions pour les prochains mois sont pessimistes ».

Si l’entreprise a ouvert à la vente les billets pour la fin d’année, les voyageurs ne suivent pas pour le moment le courant se laissant le temps d’évaluer la situation sanitaire en fin d’année. La porte-parole de la SNCF annonce que ces réservations justement pour la fin d’année sont « décevantes ».

« Ces suspensions ne sont pas décidées de gaieté de cœur »

C’est donc dans ce contexte très tourmenté que les responsables de l’entreprise ont évalué la situation en supprimant temporairement des trains. Le but est d’éviter d’en faire circuler à vide ou très peu rempli et d’ainsi limiter les dépenses somptuaires. Si ce plan n’est pas national, il est étudié au niveau local avec les régions et les départements. C’est donc au cas par cas que la société va étudier les possibilités de suppressions temporaires. 5 % des TGV seront concernés par ces décisions. La porte-parole de la SNCF pense qu’« il n'est pas économiquement, ni écologiquement, responsable de faire circuler des TGV trop peu remplis »

Certaines dessertes seront allégées pour faire face à la désaffection des voyageurs mais hors de question de supprimer certaines lignes ou villes desservies. La SNCF va s’adapter en supprimant des trains en journées qui ne trouvent pas une clientèle suffisante. « Ces suspensions ne sont pas décidées de gaieté de cœur », admet la porte-parole de la société, ajoutant que « la volonté de SNCF, sa raison d'être, c'est bien de faire rouler des trains ». Des alternatives pourront s’opérer avec les TER qui pourraient très bien voir leur trajet s’allonger et des TGV desserviraient plus de villes si le besoin s’en fait sentir. L’entreprise traverse une crise grave et a perdu pour le moment 3 milliards d’euros à cause de la crise sanitaire.

 


 

Autres articles de voyage

Comparez les prix des vols

Agenda Voyage

Artiste voyageur

Philippe Bichon

Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires,...

» Lire la suite

Livre du mois

Salaam Palestine

Fin 2009, Véronique Massenot (romancière), Bruno Pilorget (dessinateur) et Marc Abel (photographe...

» Lire la suite