Ces villes européennes à visiter après la pandémie (4/4) : l'Europe de l'Est
Publié le 25/08/2021
 

Tour d'horizon de ces villes à visiter après la pandémie. Direction l'Europe de l'Est pour ce quatrième opus.

Entre histoire, culture, patrimoine et architecture, les villes européennes offrent bien des moments d’intenses et belles découvertes. Du Nord à la Méditerranée, de l’Atlantique à la Russie, ces villes offre tant de joyaux à partager avec leurs visiteurs. Entre gastronomie, farniente et visites, l’Europe est dotée de nombreux trésors à voir en famille, entre amis ou seul, un week-end ou pour des séjours prolongés. Certains ne s’y trompent pas et s’y envolent pour leurs études ou pour la vie après avoir effectué un séjour. Mais avant d’en arriver là, il convient de prendre la mesure de ces villes et d’en faire le tour pour pénétrer dans les ruelles historiques, festives et pleines de surprises, en allant à la rencontre de la population. Cette liste est évidemment exhaustive tant le continent regorge de cités à parcourir. La pandémie de covid-19 ne permet pas dans l'immédiat de profiter pleinement de son séjour, mais quand celle-ci sera derrière nous, il conviendra de prendre soigneusement le temps de partir à l'aventure pour pénétrer pleinement les cultures de ces pays aux contrastes différents et d'une richesse infinie.

Budapest

Budapest est très régulièrement considérée comme l’une des plus belles villes d’Europe et on le comprend aisément à travers son immense richesse architecturale et patrimoniale. Coupée en deux par le Danube mais issue de la fusion de Buda et Pest en 1873, la capitale de la Hongrie est une ville étonnante à plus d’un titre. D’un côté Buda, dominée par le palais royal et des points de vue saisissants sur la ville et de l’autre Pest constellée par un ensemble architectural de style baroque, néo-classique ou encore art nouveau. L’ensemble forme ainsi une agglomération très éclectique qui incite les visiteurs à en découvrir le moindre recoin.

Budapest est un carrefour où l’influence hongroise se mêle à celles provenant d’Allemagne, de Turquie et du monde slave. Imposant et incontournable, le palais de Budavár ou château de Budapest offre un point de vue spectaculaire sur le Danube en contrebas. Il y abrite le musée historique de la ville et la Galerie Nationale Hongroise. Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, il a été fortement endommagé durant la seconde guerre mondiale pour être reconstruit à l’identique, sauf la coupole. Si l’intérieur du château n’est pas visitable, en revanche les catacombes le sont pour les amateurs de sensations fortes souterraines. A proximité se trouve le Palais Sándor où la garde est relevée en musique, un moment à voir tout comme l’Église Matthias, où l’impératrice Sissi fut couronnée. Le Château de Vajdahunyad, au bord d’un étang est un lieu pittoresque pour une belle balade dans un espace arboré somptueux. En sortant, il faut faire un tour sur la Place des Héros pour admirer les statuts des héros nationaux hongrois.

La Hongrie a été fortement marquée par la seconde guerre mondiale et ses conséquences. Au bord du Danube, sous la forme d’un mémorial, des chaussures en métal ont été disposées pour rendre hommage aux victimes de la Shoah qui s’y faisaient fusiller. Le pont des Chaînes qui relie les deux rives de la perle du Danube est un vrai monument à part à photographier bien évidemment. En plein cœur de Pest l’Impressionnante basilique Saint-Etienne est un véritable bijou architectural finement décoré et ornementé. L’accès au dôme permet d’avoir une vue impressionnante sur la cité. Tout comme au Mont Gellert où un panorama attend celles et ceux qui veulent voir la ville autrement. A son sommet niche la Citadelle de Budapest. Une montée à faire à pied pour profiter d’une vue panoramique sur les deux rives et le Danube. Et si l’envie vous en dit, vous pourrez vous prélasser aux thermes et ses impressionnantes cohortes de bains : Széchenyi, Gelert, Rudas.

Saint-Pétersbourg

Au bord de la Néva et indissociable de ce fleuve, la magnifique cité de Saint-Pétersbourg foisonne de trésors architecturaux et culturels à découvrir les yeux grands ouverts et l’appareil photo en main. L’impressionnante ancienne capitale impériale est tout simplement imposante. La « Venise du Nord » possède de nombreux canaux propices à la navigation pour de jolies croisières romantiques. Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, Saint-Pétersbourg est la ville la plus visitée du pays.

Depuis sa fondation en 1703 par Pierre le Grand, la ville a bien grandi. Au départ, ce fut un ensemble d’îles, d’îlots et de marais qui depuis s’est transformé ensuite en un musée à ciel ouvert où les fastes de l’ancien empire russe abondent. Sa position stratégique sur la Mer Baltique lui a permis d’être un carrefour du commerce extérieur maritime du pays. Pour la protéger, Pierre le Grand a fait construire la magnifique forteresse Pierre-et-Paul. On ne repart pas de la ville sans l’avoir visitée, comme la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul ou encore le musée de l’Ermitage et ses monumentales collections de peintures rassemblées par la Reine Catherine II de Russie. De véritables chefs-d’œuvres de l’art russe et slave qu’il faut absolument visiter pour connaître la particularité de cette ville qui fascine. 

Si le musée de l’Ermitage montre de nombreuses œuvres étrangères, à l’inverse le musée Russe, abrité dans le palais Mikhailovskilui met en avant uniquement les créations d’artistes du pays. Un saut y est indispensable pour voir les peintures du XVIIIe au XXe siècle, un bond dans le passé culturel du pays. A proximité se trouve l’église orthodoxe de Saint-Sauveur-sur-le-Sang-versé et son exubérante décoration qui ravira certains voyageurs. Tout comme l’église Saint-Nicolas-des-Marins, édifiée au XVIIIe siècle par Elisabeth 1ère. Sa façade blanche et bleue est un modèle d’architecture baroque. On peut également se perdre sur la Perspective Nevski qui est le pendant russe des Champs-Elysées avec ses boutiques de luxe et son avenue aux nombreux embouteillages. On lui préfère tout de même le jardin d’été pour des balades dans un écrin de verdure. Si au départ il était aménagé comme un jardin à la française, c'est devenu depuis un jardin à l’anglaise. Les statuts italiennes sont toujours présentes.

Riga

Capitale de la Lettonie, Riga n’est pas la destination la plus prisée en Europe et pourtant cette jolie ville située sur les bords de la Mer Baltique offre de belles découvertes à ses visiteurs. Il est impossible d’échapper aux tumultes historiques dont elle a été le théâtre. Comme ses voisines de Vilnius (Lituanie) et Talinn (Estonie), Riga a été bercée depuis plus de 100 ans par des soubresauts politiques où la Russie a joué un rôle important en s’imposant par la force. Il aura fallu attendre la chute de l’empire soviétique en 1991 pour que les pays Baltes retrouvent réellement leur liberté. Pour comprendre toute cette histoire, le musée Stura Maja (maison du coin) est installé comme un pied de nez dans l’ancien siège du KGB. Il retrace justement ces faits. Derrière les atrocités commises par le KGB et la Russie se cache un bâtiment de style Art Nouveau. Un tiers du centre-ville a adopté ce style architectural. Riga profita de son essor pour l'adopter comme notamment dans la Rue Albert où bon nombre de bâtiments sont classés Art Nouveau. Une grande réussite. Une balade à prévoir pour en comprendre toutes les subtilités.

Un tour s’impose également dans la vieille ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Il fait bon de flâner dans les rues étroites à la découverte de ces belles demeures du XVIe au XVIIe siècle. De la place du Dôme, avec la cathédrale, à la place Livu, on découvre des bijoux architecturaux. Sur la place de l’hôtel de ville, la maison des Têtes Noires (Melngalvju Nams) en surprendra plus d’un par son style. Le R?gas Centr?ltirgus (marché central de Riga) est un lieu également à voir. Classé lui aussi au patrimoine mondial de l’Unesco, il apporte les saveurs et senteurs d’un marché local aux visiteurs. Riga c’est aussi le parc Bastejkalna (parc de la colline du bastion). Un écrin de verdure pour s’échapper hors du temps et se balader en famille, entre amis ou même en amoureux le soir venu au moment du coucher du soleil. Les couleurs y éclatent véritablement. Un spectacle naturel exceptionnel.

Cracovie

On ne compte plus les villes classées au patrimoine mondial de l’Unesco et Cracovie en fait également partie depuis 1978. D’innombrables richesses architecturales parsèment le séjour des touristes. En commençant par Rynek Glowny, la plus grande place médiévale en Europe. On y trouve le monument Adam Mickiewicz qui est le lieu de rencontre idéal. S’il ne s’y tient plus de marché, on y découvre l’ancienne Halle aux Draps du XIVe siècle, qui cache le Musée Rynek Souterrain. Ainsi que la magnifique basilique Sainte-Marie du XIVe siècle et très beau retable de Veit Stoss, un chef d’œuvre créé à la fin du XVe siècle entre 1477 à 1489Il faut se balader le nez en l’air pour apercevoir les magnifiques monuments dont Cracovie regorge. Plusieurs styles s’y mêlent : du gothique à la renaissance en passant par le baroque.

Le quartier Kazimierz, voisin de la vieille ville, est à l’origine une ville totalement indépendante avant d’être rattachée à Cracovie au XIXe siècle. Salons, clubs restaurants, pubs y ont élu domicile. La communauté juive en avait également fait son lieu de résidence. La Pologne durement touché durant la seconde guerre mondiale garde des stigmates de cette période et de la domination nazie. Pour les personnes s’intéressant à cette période et à l’histoire juive, il est possible de visiter le Plac Bohaterów Getta, un fragment du mur du ghetto sur la rue Lwowska au numéro 29 et l'exposition au Musée Schindlervde Zab?ocie. 

Cracovie est une ville exceptionnelle de part son patrimoine architectural mais aussi par sa culture artistique. Le bâtiment Mocak, où se situe le Musée d’Art contemporain, est considéré comme une perle de l'architecture moderne. Il est construit en béton et verre et se trouve sur le site de l’ancienne usine Emalia d’Oskar Schindler. Le Jardin des Arts Malopolska, avec sa façade en verre et en bois et le théâtre Juliusz S?owacki offrent une programmation culturelle éclectique. Et le musée de l’Armia Krajowa (Armée de l'intérieur) qui était le plus important mouvement de résistance en Pologne sous l'occupation allemande en 1939-1945, s’est installé dans un ancien bâtiment auxiliaire de la forteresse de Cracovie.

Les personnes ne souffrant pas de claustrophobie pourront descendre dans la mine de sel de Wieliczka à 135 mètres de profondeur pour découvrir les 245 mètres de galerie. Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, l’enceinte mènera les visiteurs vers des lacs de profondeur, d’immenses monuments de sel et la chapelle Sainte Kinga. Des concerts sont même organisés dans certaines chambres souterraines. Découverte étonnante. Cracovie possède également de jolies poumons verts où il fait bon de se balader. Les Planty, répartis en 8 jardins, offrent un cadre verdoyant agréable sur ses 21 hectares. Arbres exotiques, tonnelles, bancs, statues et fontaines permettent de se reposer tranquillement et de profiter d’un espace magnifique en pleine nature.

Pour aller plus loin :

Si cette liste est exhaustive, il convient de voir au-delà de ces villes et de s’en échapper en allant visiter également les régions autour afin d’éviter les phénomènes de masse que certaines cités rencontrent.

François Berland

 

Autres articles de voyage

Comparez les prix des vols

Agenda Voyage

Artiste voyageur

Philippe Bichon

Philippe aime découvrir le monde un crayon à la main. Au fur à mesure de ses errances solitaires,...

» Lire la suite

Livre du mois

Salaam Palestine

Fin 2009, Véronique Massenot (romancière), Bruno Pilorget (dessinateur) et Marc Abel (photographe...

» Lire la suite